Médias / Interviews

Une nouvelle guerre est-elle possible en Europe ?

Robert Goebbels, membre du parti ouvrier socialiste luxembourgeois, ancien ministre luxembourgeois et membre du Parlement Européen pendant 15 ans, a été l’invité de l’émission « Graffiti » du 23 mai 2019 sur Radio ARA. L’interview a été menée par Charel Schmitz, étudiant au Lycée de Garçons d’Esch-sur-Alzette. L’étudiant Bob Wagener assurait la partie technique. Les deux étudiants sont également membres de notre association qui œuvre pour la Paix et contre la guerre en Europe. L’invitation de l’homme politique faisait suite à deux articles qu’il avait publiés au Tageblatt en 2018 et 2019, où il prévoit un futur politique difficile pour le vivre ensemble des Européens. Il y explique aussi les différents problèmes politiques et sociétaux qui peuvent mener à une nouvelle guerre en Europe et/ou à un nouveau conflit mondial.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cliquez ici pour lire tout l’article

Pour Robert Goebbels il est aujourd’hui improbable que les nations qui font partie de l’Union européenne se fassent la guerre. Cette Union est le fruit des efforts entrepris après la 2ème Guerre Mondiale pour former un projet de paix européen. C’est un acquis à défendre et à préserver. Mais, selon l’ancien eurodéputé, des questions importantes comme les finances où l’entrée en guerre d’un pays de l’Union restent du ressort des différents États. L’UE n’a pas d’emprise sur ces registres importants. En outre, toute paix ne peut se faire en Europe qu’avec l’accord et la collaboration du Parlement européen, au sein duquel les grandes familles politiques doivent s’accorder.

M. Goebbels répète à plusieurs reprises durant l’interview qu’il constate aujourd’hui des situations analogues aux temps avant les deux Guerres Mondiales, surtout avant la Première. Comme lors du meurtre du prince-héritier d’Autriche-Hongrie en 1914, il estime qu’un accident de ce genre reste possible et qu’il peut déclencher un nouveau conflit. Par contre, une agression militaire d’un pays européen envers un autre est exclue d’après lui.

Europe déchirée à l’est

Interrogé sur la signification d’une phrase d’un de ses deux articles « la 1ère Guerre Mondiale n’est pas encore gagnée », M. Goebbels explique qu’il veut dire par làque l’humanité n’a jusqu’à présent pas établi une vraie paix sur cette terre. Aussi voit-il « renaître » l’ancien antagonisme qui opposait le bloc soviétique et le monde occidental, alors qu’avec la chute du Mur de Berlin le monde occidental croyait que c’en était fini avec cette déchirure qui divisait l’Europe en deux camps adverses. C’est le cas de la Pologne et de la Hongrie qui privilégient leurs propres intérêts économiques et purement nationalistes (profiter p.ex. de la manne pécuniaire de l’UE) au détriment d’une politique solidaire et sociale au sein de l’Union européenne. C’est pour M. Goebbels le retour à une situation du 19e siècle où les Etats-nations se confrontaient. Le cas le plus alarmant est cependant celui du Royaume-Uni qui a décidé de quitter l’UE avec le Brexit. M. Goebbels voit dans cette UE le seul rempart contre les « lois » qu’aimeraient dicter aux peuples européens les géants économiques comme Google, Microsoft, etc. Seule l’UE serait capable d’exiger et d’imposer des règles de bonne conduite. L’invité marque donc son désaccord avec tous les partis politiques qui voudraient une Europe des nations et des nationalismes. Cette Europe mènerait vers de nouvelles guerres, comme l’avait bien dit François Mitterrand, l’ancien président français. Donner tout le pouvoir à un Salvini ou à un Orban n’est pas la voie à suivre. L’Europe doit pouvoir parler d’une seule voix, aussi en ce qui concerne les nouvelles migrations et les réfugiés des guerres qui doivent pouvoir bénéficier de nos solidarités européennes. Pendant les années qui ont suivi la 2ème Guerre Mondiale, l’Europa a réussi à intégrer vingt-cinq millions d’immigrants. Pourquoi ne réussirait-elle pas aujourd’hui à en intégrer un million ?

Désintérêt démocratique – nouvelle guerre

Une autre menace pour la paix en Europe, M. Goebbels la voit dans le désintérêt de beaucoup d’Européens pour aller voter et prendre position sur les questions qui les concernent. Un tiers des Britanniques n’a pas voté lors du Brexit, ce qui n’est pas une bonne évolution pour la démocratie en Europe. Mais ce désintérêt de beaucoup d’Européens est aussi le résultat d’hommes et de femmes politiques qui ne savent pas parler aux électeurs et électrices de ce qui les concerne.

Interrogé sur les occupations de territoires de la Russie de Putin en Géorgie, Moldavie et l’Ukraine, M. Goebbels estime que c’est un réflexe de défense de ce pays autocrate devant l’avancée de l’Otan dans les pays de l’est de l’Europe.

En définitive, la paix ne peut se maintenir en Europe que s’il y a respect des libertés des uns envers les autres. L’acquisition de toujours plus d’armes en Europe n’est pas une bonne chose, car cela peut mener à des conflits militaires. S’il doit y avoir une 3ème Guerre Mondiale, elle se jouera pour M. Goebbels ou bien dans le cyberspace ou bien dans l’espace (guerre entre satellites) ou sur le fond des mers avec la destruction des fibres qui véhiculent toutes les informations qui font tourner nos économies. Ce serait alors la fin de notre civilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.