Sorties

Sortie culturelle en Alsace

Le 17 et 18 décembre 2019 notre association « Ad pacem » a organisé un voyage culturel et éducatif en Alsace. Ensemble avec trois enseignants, vingt-cinq élèves du Lycée de Garçons d’Esch-sur-Alzette (L) ont visité le camp de concentration de Natzweiler-Struthof, le Mémorial Alsace Moselle à Schirmeck et le Parlement Européen à Strasbourg.

Visite du camp de concentration

Vingt-cinq élèves du Lycée de Garçons d’Esch-sur-Alzette ont entrepris le 17 décembre un voyage éducatif en Alsace, en compagnie de trois enseignants, M. Claude Pantaleoni, M. Christian Welter et Mme Dora Almeida.
La première étape était la visite de l’ancien camp de concentration nazi de Natzweiler-Struthof au sud de Strasbourg, où nous sommes arrivés en bus vers 10h30. Tout le site constitue une « nécropole nationale » où 22.000 personnes, pour la plupart des déportés politiques et résistants, ont été assassinées en raison de leur opposition au système nazi. Parmi les quelque 400 Luxembourgeois qui y ont été internés nombreux sont ceux qui y ont aussi laissé la vie.

Nous avons démarré la visite avec la projection d’un documentaire dans un local du musée, près de l’entrée du camp. Ceci nous a permis d’avoir d’emblée un aperçu de l’histoire du camp depuis sa création (construit d’abord par les nazis pour extraire les roches de granit rose pour les monuments que l’architecture nazie voulait apporter à la construction des villes allemandes) jusqu’à sa libération par les Alliés. Dans les sous-sols nous avons visité une exposition de photos de la guerre en relation avec le monde concentrationnaire de l’Allemagne nazie.

Ensuite tout le groupe a visité le site du camp, plus précisément le terrain autour des terrasses où étaient situées jadis les baraques. Après la guerre, quelques baraques ont été gardées en l’état afin que les visiteurs puissent se faire une idée de comment elles étaient et y voir, entre autres, des salles où ont été exécutées des expérimentations médicales sur des prisonniers.
Pendant notre visite la température était assez fraîche (quelques degrés au-dessus de zéro), ce qui nous a bien fait comprendre pourquoi le climat, surtout en hiver, par la pluie, la neige et les vents froids, était, avec le manque de nourriture, le pire ennemi des prisonniers qui portaient des vêtements qui les protégeaient très mal sur ce haut-plateau vosgien quand il ne faisait pas chaud.
À partir de 1942, la Gestapo a établi son siège au Struthof et la devise du camp devient alors « extermination par le travail », ce qui a fait de Natzweiler un des camps les plus durs à supporter. La survie y devenait de plus en plus difficile.
Au milieu du camp on peut encore voir une potence où beaucoup de prisonniers ont été pendus après des jugements officiels de la Gestapo. Ils y restaient pendus plusieurs jours pour dissuader toute fuite ou rébellion.
Le groupe le plus important des prisonniers du camp de concentration de Natzweiler-Struthof a été celui des Polonais (environ un tiers), suivi par celui des prisonniers soviétiques (un quart) et par les Français (environ 14%). Sur les quelque 400 Luxembourgeois qui sont passés par ce camp de concentration, 29 sont morts dans ce camp ou dans un camp dépendant de Natzweiler ; 26 sont morts dans d’autres camps après avoir été internés un certain temps dans le camp du Struthof.
Le jour le plus sombre pour les Luxembourgeois a été le 19 mai 1944, quand sept Luxembourgeois y ont été exécutés. Faits prisonniers par la Gestapo le 12 février à Les Ancises, à Clermont-Ferrand et dans ses environs, ils ont été transportés au camp de Natzweiler pour y être exécutés. Leurs cendres ont été récupérées en cachette après avoir été sorties du four crématoire par le Luxembourgeois Roger Wagener, aussi prisonnier au camp. Il les a cachées dans le sol d’une baraque d’où elles ont été extraites après la libération du camp et inhumées au cimetière de Differdange le 6 août 1945.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Visite du Mémorial Alsace Moselle

L’après-midi le groupe a visité le Mémorial Alsace Moselle à Schirmeck. Y est dévoilée l’histoire particulière des Alsaciens et Mosellans qui ont changé 4 fois de nationalité entre 1870 et 1945. En 1870 ce territoire devient allemand et le reste jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale où il devient de nouveau français.
De 1940 à 1945, l’Alsace et la Moselle ont été les seules parties du territoire français à être annexées par le IIIe Reich et à connaître la violence du régime nazi.
1945 signe la fin des conflits en Europe et la volonté de construire une paix durable avec la constitution de l’Europe des six nations qui forment la Communauté économique européenne. Elle est le noyau de ce que pendant la deuxième partie du 20e siècle deviendra l’Union Européenne avec aujourd’hui 28 pays. Toute cette aventure européenne est présentée dans ce Mémorial.
Une guide très compétente nous a donné les explications nécessaires pour comprendre les différents décors, les documents, les films, les témoignages et les jeux.
À partir de cette réalité vécue par l’Alsace et la Moselle on peut mieux comprendre le sens et le bien-fondé de la construction européenne, d’un vivre en commun des peuples européens.
La visite s’est terminée vers 16h30 et nous sommes partis pour le centre de Strasbourg pour visiter les différents marchés de Noël au centre de la ville. Vers 19h tout le monde a regagné le bus pour rejoindre l’auberge de Jeunesse à Saverne. La soirée s’est terminée dans le restaurant La Marne en dégustant des spécialités de la cuisine alsacienne (tartes flambées etc.).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Visite du Parlement Européen

Le mercredi 18 décembre, premier jour de vacances pour les élèves, après le petit-déjeuner à l’auberge, ils ont rejoint en bus le Parlement Européen à Strasbourg où ils ont été accueillis par M. Alex Donnersbach, secrétaire du député européen luxembourgeois Christophe Hansen. Il a été notre guide durant toute cette visite de découverte de cette importante institution européenne.
Le groupe a commencé par assister en direct à une série de votes dans la salle plénière qui rassemble les 751 députés européens (britanniques inclus).
Après cela le député M. Christophe Hansen nous a reçus dans une salle à part pour nous expliquer le fonctionnement du Parlement Européen et le travail qu’il fait lui-même en tant que député européen. Les jeunes avaient aussi la possibilité de poser toutes les questions qu’ils voulaient. Ils ont obtenu des réponses claires de la part du député qui a donné des explications complétées par de nombreux exemples concrets. Une bonne partie du temps a été dédiée aux questions brûlantes que se posent les élèves concernant les changements climatiques en cours. M. Hansen nous a révélé, à la grande surprise de tous, que le Parlement Européen ne reçoit qu’1% de tous les budgets nationaux des pays membres de l’Union Européenne. Ceci est insuffisant pour accélérer et intensifier l’intégration européenne, notamment sur le plan culturel et environnemental.
Le groupe a ensuite été invité à prendre un bon déjeuner avec M. Hansen et M. Donnersbach à l’intérieur du Parlement. La discussion s’est poursuivie à table. Le déjeuner terminé, l’eurodéputé luxembourgeois a pris congé du groupe tout en se montrant très satisfait de la visite et confiant envers ces jeunes ouverts à l’Europe.
Les deux heures suivantes, les élèves ont pris part à une simulation de l’activité politique et décisionnelle des groupes politiques représentés au Parlement européen. Ils ont été séparés en quatre groupes représentant les grands partis européens représentés actuellement au Parlement. À l’intérieur de chaque groupe il s’agissait ensuite de promouvoir et de soutenir le vote de deux projets de lois. Mais pour y arriver il fallait changer, en argumentant, les propres propositions de sorte que des majorités puissent se faire. Ceci s’est avéré plus difficile que prévu, car il s’agissait de faire des compromis avec d’autres partis pour obtenir des majorités nécessaires pour faire accepter les projets. C’est là un bel exemple pour comprendre combien il peut être difficile de se mettre d’accord pour les 751 eurodéputés.
Vers 17h nous avons pris congé de M. Donnersbach et du Parlement Européen et étions de retour à Esch-sur-Alzette vers 20h.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.