KOVALENKO Nina (FRA)

Nina est née le 20 août 1943 lors d’une évacuation à Tachkent. Sa mère mangeait mal à ce moment-là et travaillait dur dans une usine qui produisait des armes pour le front, et Nina était en très mauvaise santé à sa naissance. À l’âge de 10 ans, elle a survécu à une diphtérie très difficile qui a causé des complications à long terme pour son cœur. Elle souffre également de diabète depuis plusieurs années.

Le début de la guerre dans le Donbass a provoqué un stress énorme pour Nina. Lors du bombardement de janvier 2015, elle a subi sa première crise cardiaque, mais comme sa fille n’avait pas les moyens de payer le séjour à l’hôpital, Nina a dû retourner à son appartement après une brève admission d’urgence.
Le bombardement suivant qui a été si fort que la maison de 9 étages a tremblé et Nina et sa fille ont pensé qu’il allait s’effondrer et l’enterrer sous les décombres, elle a subi une deuxième crise cardiaque, beaucoup plus grave. Les frais de séjour à l’hôpital ont ensuite été pris en charge par l’initiative privée « Pour la Paix et contre la Guerre » (précurseur de notre association).
Le traitement à l’hôpital de Donetsk était de mauvaise qualité car des médecins qualifiés avaient quitté la région. De plus, l’hôpital était situé près des cheminées du DNR, des chars et des engins d’artillerie étaient visibles depuis les fenêtres, d’où il y avait des tirs réguliers vers le centre-ville. Bien entendu, cette situation ne pouvait pas contribuer à une meilleure reprise.
Les crises cardiaques ont entraîné une paralysie partielle de la main droite et de la jambe droite de Nina.
3 mois après la deuxième crise cardiaque, Nina souffrait d’une grave inflammation de la rétine de l’œil droit et a dû être à nouveau traitée à l’hôpital.
En juillet 2015, avec l’aide matérielle de « Pour la Paix et contre la Guerre », Nina et sa fille ont quitté Donetsk et ont d’abord déménagé à Dobropolje, puis à Buche (région de Kyjiv).
Nina a besoin de soins et dépend entièrement de sa fille Katya. En mars, Katya a perdu son emploi et a continué à essayer de survivre dans la fabrication et la vente de bijoux décoratifs. Afin de trouver des ventes pour leurs produits, Katya doit participer à des événements majeurs dans cette industrie en Ukraine. En juin 2019, pendant l’absence de sa fille, Nina est tombée dans l’appartement (à cause d’une jambe partiellement paralysée) et s’est cassé la hanche.
Afin de payer le séjour à l’hôpital de la mère, Katya devait à tous ses amis et connaissances. De plus, elle ne peut plus laisser seule la mère désormais alitée.

De plus, Nina n’a pas perçu sa pension de vieillesse depuis juin – en tant que personne déplacée, elle doit se présenter régulièrement aux autorités de retraite (comme preuve qu’elle n’est pas retournée dans les territoires occupés de Donetsk) afin que la pension continue d’être versée. L’autorité de retraite n’accepte pas les documents de son opération de l’hôpital et les certificats médicaux de son état.
Nina perçoit 20 € par mois de médicaments de notre association depuis octobre 2018. En août 2019, elle a reçu 300 € supplémentaires pour payer son séjour à l’hôpital.