PETRENKO Iryna und Oleg (FRA)

Famille de Donetsk, sans enfant, Iryna est enseignante dans une école professionnelle, Oleg est mineur.
Les deux ont de vieilles mères qui refusent catégoriquement de quitter Donetsk et de quitter la maison. Nous avons eu des contacts avec cette famille avant la guerre, lorsque Claude Pantaleoni a mené des actions de solidarité pour les orphelins ukrainiens avec ses élèves du LGE (Lycée de Garçons Esch) (2005-2013). Cette famille vivait très simplement et modestement, mais la guerre les a forcés à survivre sur un moyen de subsistance. Iryna et sa mère souffrent de maladies chroniques et dépendent des médicaments à vie. Avec le déclenchement de la guerre, obtenir ces médicaments et les payer à un prix gonflé est devenu un problème majeur. Oleg et Iryna ont une maison d’été avec un jardin (datcha), ils cultivent eux-mêmes des pommes de terre et des légumes, uniquement grâce à la mise en conserve qui leur a permis de survivre à l’hiver 2015.

La mine où travaille Oleg a été bombardée à plusieurs reprises. Une fois en avril 2015, Oleg est resté sous terre pendant un jour et demi et la station de ventilation de la mine a été touchée. Après la fin des attaques aériennes, des mineurs se sont évanouis. Iryna a également eu un mauvais bombardement lorsqu’elle était avec elle sur la datcha. La maison a été touchée, une partie du toit a été brisée et les murs se sont fissurés.
Elle a ensuite racontée: «Je suis sortie en courant dans le jardin et je me suis juste jetée par terre. J’ai refusé de me cacher dans le sous-sol. Je pensais que si la maison était frappée, vous ne me trouveriez plus, si j’étais frappé dans le jardin, vous trouveriez au moins mon corps et je serais enterré ».
L’une des raisons pour lesquelles Oleg n’a pas voulu quitter Donetzk est qu’il voulait travailler dans la clandestinité pendant six mois pour avoir droit à une pension de mineur ordinaire. Mais de nombreuses semaines en 2015-2016 n’ont pas été comptées par le bombardement, et quand il est finalement arrivé et que le nombre nécessaire d’années de travail clandestin a été atteint, Oleg n’a toujours pas perçu sa pension. Comme prétexte, les autorités du MRN ont mis en évidence une erreur dans une lettre de son nom et ses années entières de travail n’ont pas été comptabilisées.
Il essaie de prouver son identité avec l’aide d’un avocat depuis deux ans sans succès. Pour le salaire de son mineur au DNR, il ne peut même pas acheter suffisamment de charbon pour chauffer sa petite maison en hiver.

Oleg et Iryna ont reçu des colis de vêtements de l’initiative «Pour la Paix et contre la guerre» en septembre 2015 et de notre association en mars et septembre 2019, ainsi qu’une aide financière sélective pour les traitements et opérations médicales. Puisqu’il n’y a pas de compte bancaire dans les territoires occupés, il était parfois très difficile d’envoyer l’argent nécessaire, et parfois c’était trop tard.
Quand Iryna a soudainement eu une crise rénale, il n’y avait personne autour – son mari était de nuit et l’ambulance n’est pas venue malgré un appel téléphonique, car personne ne devrait sortir la nuit pendant le couvre-feu. Le lendemain, Iryna a été admise à l’hôpital, mais comme elle ne pouvait pas payer pour la chirurgie, la pierre au rein n’a pas été opérée et Iryna a hurlé de douleur atroce jusqu’à ce que la pierre sorte d’elle-même.
Au printemps 2019, Iryna souffrait de plus en plus de maux de dos. Au début, il y avait une suspicion de cancer, mais finalement une hernie discale a été trouvée.
Iryna a reçu 300 € pour l’analyse et le traitement de notre association en septembre 2019. Extrait de la lettre d’Iryna: « Je remercie de tout mon cœur tous ceux qui nous aident et ne nous oublient pas. »