Rencontres et témoignages

Au contact avec des élèves du LGE

Notre invité Oleksij SAVKEVICH, en compagnie de sa fille Maria, a visité le 21 mars trois classes du Lycée de Garçons d’Esch-sur-Alzette (LGE) où il a expliqué comment sa famille a fui en 2015 les bombardements des pro-russes sur la ville d’Avdiivka et comment ils ont lentement réintégré leur habitation à partir de 2016. Aujourd’hui, la ligne de front se trouve à environ 5 km à l’est de la ville mais les bombardements quotidiens sont toujours audibles.


M. Savkevich a ensuite expliqué aux élèves comment il a organisé avec des amis qui sont actifs dans le domaine du théâtre, de la danse, de la peinture, de la musique et de l’art un premier Festival qui s’est tenu début mai 2018. Un millier de visiteurs sont venus pendant toute une journée avec en arrière-fond le bruit des canons. Cette année ce festival aura de nouveau lieu.
Dans sa petite tournée au Luxembourg et en Lorraine, il aura aussi la possibilité de récolter quelques fonds pour acheter les instruments et l’équipement nécessaire pour mettre sur pied un groupe musical pour des jeunes qui voudraient sortir de la logique et de la quotidienneté de la guerre.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Rencontres et témoignages

Rencontre et témoignage à Villerupt (F)

Le dimanche 3 mars à 16h, une trentaine de paroissiens de St Pierre et St Paul de l’Alzette se sont retrouvés dans la Maison paroissiale de Villerupt-Cantebonne pour rencontrer et écouter le témoignage de notre invitée Madame Olena Styazhkina, historienne et écrivaine ukrainienne.

Olena a raconté comment elle a vécu l’occupation russe à Donezk, sa ville natale, et comment et pourquoi elle s’est décidée de fuir et d’aller habiter à Kiew.
Dans son récit, elle a essayé de raconter les faits historiques et de montrer comment le Mal et le Bien sont en lutte dans son pays et de démontrer comment la guerre est la concrétisation du Mal qui traverse l’histoire des hommes. La guerre est la cause de beaucoup de malheurs pour les hommes, les femmes et les familles qui se retrouvent sous les bombes et l’occupation. Olena a cherché de (faire) comprendre pourquoi l’Ukraine reste plutôt absente que présente dans le contexte européen. C’est surtout la période pluricentenaire sous les empires russes et soviétiques qui ont rendu l’Ukraine « invisible » comme pays indépendant. Les médias jouent évidemment leur rôle de (non)transmission dans ce contexte.
De nombreuses questions portaient sur le fait que la guerre du Donbass reste inconnue ici en France, que les médias n’en parlent pas, que la responsabilité de la Russie n’est pas claire et mal connue. Plusieurs personnes ont tiré des parallèles avec l’occupation allemande de la France lors de la Deuxième Guerre Mondiale et la façon dont les Français l’ont subie.
Après une heure et demie de témoignage et de réponses aux nombreuses questions posées autour du conflit tous ont été invités à partager un verre d’amitié et des gâteaux offerts par notre asbl.