Ausflüge

Besuch des Kriegs- und Friedensmuseums in den Ardennen

Am 6. Juli 2019 organisierte der Vereins „Pour la Paix et contre la Guerre“ einen kulturellen Ausflug zum Museum für Krieg und Frieden in Novion-Porcien in den französischen Ardennen. Von 10 Uhr morgens bis zur Mittagsstunde folgten die zwanzig Mitglieder der Gruppe den Erläuterungen von Herrn Alfred Umhey, der uns einen Überblick über die drei großen Kriege gab, die die Ardennen und auch unsere Großregion prägten: den Krieg von 1870, den Ersten Weltkrieg und den Zweiten Weltkrieg. Er erklärte uns auf sehr kompetente Weise die wichtigen Zusammenhänge, die zum Krieg zwischen den Franzosen und den Deutschen führten. Es war auch eine Frage des Verständnisses, dass die Ergebnisse des Krieges von 1870 die Hauptursache des 1. und dann des 2. Weltkrieges waren.

Zwanzig Mitglieder unserer Vereinigung besuchten in Novion-Porcien in den französischen Ardennen das Museum für Krieg und Frieden, welches 2018 seine Türen öffnete.
Innerhalb von fünfundsiebzig Jahren war diese Region Schauplatz dreier großer Konflikte, bei welchen viel Blut vergossen wurde. Die Ursachen und Folgen dieser drei Konflikte sind miteinander verflochten und wirken sich auf die Geschichte und das Leben der Menschen in unseren Regionen bis heute aus.
Nach dem Willen ihrer Gründer hat das Kriegs- und Friedensmuseum die pädagogische Aufgabe, die militärischen und sozialen Aspekte der drei Kriege, vor allem und auch bei den jüngeren Generationen, in Erinnerung zu rufen.

Der Krieg von 1870

Der Führer nahm sich die Zeit, uns in die Situation in Europa im 19. Jahrhundert einzuführen, insbesondere in den Jahren vor dem Krieg von 1870. Napoleon III., Wilhelm I. von Preußen und sein Kanzler Otto von Bismarck waren die Schlüsselfiguren, die schließlich den militärischen Konflikt von 1870 auslösten. Für Bismarck war der Eintritt in den Krieg der ideale Weg, um die deutschen Staaten gegen einen gemeinsamen Feind zu vereinen: das kaiserliche Frankreich. Das Museum bietet viele historische Elemente, um eine Vorstellung von der damaligen Situation zu bekommen, welche zu diesem Krieg führte; neben menschlichen Schwächen und List spielt die technische Entwicklung des Kriegsmaterials eine immer wichtigere Rolle.
Schließlich war es die Niederlage Napoleons III. (er wurde am 2. September 1870 in Sedan gefangen genommen), die zum Sturz des Zweiten Kaiserreichs und zur Vereinigung der deutschen Staaten führte.

Der Erste Weltkrieg

La 1ère Guerre Mondiale débute sur le front de l’Ouest par une attaque et une avancée massives des forces allemandes qui occupent la Belgique. L’avancée allemande en France se poursuit jusqu’à Meaux (5 sept. 1914), non loin de Paris. Les forces françaises contre-attaquent jusqu’à ce que le front se stabilise à partir du 1er novembre 1914. Des deux côtés les victimes sont nombreuses ; la journée plus noire pour les Français sera le 22 août où plus de 27.000 soldats sont tués, près de la Marne, en une journée, ce qui en fait la journée la plus noire de l’histoire de France. Ce même jour quelque 30.000 soldats français sont aussi faits prisonniers.
En général, on constate une augmentation des effectifs matériels des deux côtés. Mais il y a surtout les armements nouveaux qui font de grands progrès : les fusils sont plus performants, la mitrailleuse fait son apparition et la généralisation des armes automatiques commence. Devant ces murs de feu, les soldats décident de s’enterrer. C’est la guerre des tranchées qui s’installe et permet de survivre mais aussi de ne plus avancer, ni d’un côté ni de l’autre. Il s’en suit un changement radical dans la tactique de faire la guerre. C’est l’homme-baïonnette que l’on retrouve des deux côtés des lignes. Et on construit de plus en plus de canons, toujours plus lourds, pour tirer sur et au-delà des tranchées. Le développement du moteur à explosion conduit la France à produire des camions en masse, ce qui va permettre aux soldats français de se déplacer assez vite sur le front. L’aviation française va devenir la première au monde, en qualité et en nombre. Finalement il y a le char (inventé d’abord par les Britanniques) qui sera également produit en masse et qui donnera aux Français et aux alliés un avantage indiscutable. Tous ces avantages feront que l’armée française, grâce aussi au débarquement en 1917 des unités américaines fraîches et motivées, vaincra l’Allemagne.
Le musée montre aussi, par de nombreux documents, la vie très dure des populations locales ardennaises sous l’occupation allemande.

La 2ème Guerre Mondiale

Enfin, la plus grande partie du musée est réservée à la 2ème Guerre Mondiale, surtout pour présenter la variété et le nombre important des nouveaux armements (chars, jeep, motos, avions etc.) qui nécessitent plus de place d’exposition.
Soixante-dix ans après Sedan, les Ardennes françaises sont de nouveau au centre des opérations militaires qui vont entraîner, dans un premier temps, l’effondrement de la France. Cette France qui, de son côté, n’a jamais accepté l’humiliation et la défaite de 1918 (pertes de territoires de l’Alsace et du département de la Moselle, grosses sommes d’argent à payer à l’Allemagne victorieuse). Le jour noir, pour elle, est le 14 mai 1940 où, à Sedan, la masse des blindés allemands réussit à percer sur la Meuse (après avoir contourné la Ligne Maginot) et à s’élancer vers la Manche pour encercler les troupes françaises. Le musée s’arrête longuement sur cette page de l’histoire noire des Ardennes durant la 2ème Guerre Mondiale.

Les Allemands ont pu vaincre assez rapidement les troupes françaises grâce au développement dans l’armée allemande d’une bonne orchestration entre tankistes, fantassins motorisés, artilleurs et sapeurs connectés par radio à l’aviation. De plus les Français pensaient (et ils se sont trompés) que les Allemands prendraient beaucoup de temps (environ quinze jours) à traverser les Ardennes.
Le musée montre aussi que les souffrances de la population française augmentent de jour en jour sous l’occupation allemande. La France est systématiquement exploitée par les Allemands qui réquisitionnent l’appareil productif et la main-d’œuvre pour participer à l’effort de guerre allemand. Finalement, ne pouvant supporter les attaques des Alliés à l’Ouest et des Soviétiques à l’est, les troupes allemandes commenceront à reculer sur les deux fronts à partir de 1944. Les forces alliées, dont fait partie la France libre sous le Général de Gaulle, vont faire reculer le front allemand jusqu’à la défaite de l’Allemagne nazie le 8 mai 1945 qui marque la fin de la guerre en Europe.

Atelier créatif sur la Paix et la Guerre

Après cette longue visite guidée qui a duré plus de deux heures, tout le groupe s’est retrouvé dans un parc pour pique-niquer à midi. Vers 14 heures nous étions invités de nouveau à l’intérieur du musée pour des explications sur des affiches de propagande de la 1ère Guerre Mondiale. Après cela, chacun a été invité à développer avec un voisin une affiche promouvant le thème de la paix. Le musée a mis, pour cela, à disposition des outils (ciseaux, colle, règles, feutres, coloris), des logos et des écritures. Cela a aidé à créer une affiche personnalisée sur le thème de la paix et de la guerre.
Avant de quitter le musée, chacun a pu s’acheter un souvenir ou de la littérature récente sur des sujets des guerres que le musée présente. La cafétéria a invité à un rafraîchissement avant notre départ en voiture pour Sedan. Ici, le groupe a fait une promenade à pied jusqu’en face du château fort de la ville. La journée s’est clôturée par un verre de l’amitié, offert par le comité, sur la terrasse d’un café de la rue piétonne, avant le retour à la maison.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.